Le Roi Arthur souverain des chevaliers de la Table ronde

Le Roi Arthur

Nous n’entrerons pas dans la querelle stérile sur l’historicité d’un obscur chef de clan devenu par la grâce des siècles et la mémoire des Celtes, le glorieux Roi Arthur. Le Roi Arthur chanté au moyen âge a peu à voir avec l’histoire. Plus sûrement, il est affaire d’abord de mythe, puis de légende et de contes, enfin de littérature.

Arthur, personnage de légende au destin tout tracé

La venue au monde du roi Arthur a été ordonnée par les forces surnaturelles dont Merlin est l’exécutant. Fils d’Uther Pendragon, Arthur naît sous l’égide du dragon, l’animal fabuleux qu’il arbore sur sa bannière. Il voit le jour à Tintagel, dans un château qui disparaît durant chaque solstice. Sa sœur Morgane est dotée de talents de magicienne et lui-même est visité par des rêves prophétiques. La magie, et à travers elle, les puissances divines, doivent présider à son entrée dans sa vie. La jeunesse d’Arthur s’apparente à celle de nombreux héros indo-européens. Ignorant de ses origines, le jeune homme est élevé loin du pouvoir, à l’abri dans une retraite ignorée de tous, et se révèle un guerrier prometteur.

Un roi bien-aimé des fées

Lorsque le roi a prouvé qu’il était digne de la confiance de l’Autre Monde (Viviane elle-même lui affirme qu’il est le bien-aimé des fées) les êtres surnaturels affluent vers sa brillante cour de Camaalot. Dès sa jeunesse, Arthur affronte des puissances terrifiantes, non-humaines Il extermine les forces primitives du chaos, le roi sanguinaire Rhitta et le géant du Mont-Saint-Michel, mais aussi le Chapalu, chat monstrueux sortie du lac de Lausanne.

Texte rédigé par Claudine GLOT, Centre de l’imaginaire Arthurien (CIA)