© Delphine Legardinier
Les 3 roches de Trébran

Les Trois roches de Trébran

Trois énormes blocs de pierre dorment depuis des millénaires dans un sous-bois près de Concoret. Les 3 roches de Trébran, pourtant faciles à trouver, sont lourdes de mystère. Leur origine, qui peut la dire ? Ce ne sont pas des tombes, on ne peut affirmer qu’elles ont été dressées. Voici un essai d’explication, pourtant…

L’histoire des fées 

Les fées vont souvent par 3, les contes l’affirment et qui se risquerait à les contredire ? 3 fées avaient choisi Brocéliande pour retraite. Les habitants de la forêt étaient de bons chrétiens mais ils avaient aussi toujours foi en elles. C’était essentiel pour leur garantir une longue et belle vie. Curieuses de tout, elles entendirent un jour parler d’une merveille en construction, au Nord de la forêt. Il s’agissait de la Merveille du Mont-Saint-Michel. Les merveilles, c’est notre affaire, se dirent-elles ! Même à l’oreille des fées, les lettres majuscules se prononcent comme les autres. Elles ne saisirent donc pas tout de suite qu’il s’agissait de la Merveille, architecture sans égale du Mont-Saint-Michel.

 

La merveille du Mont-Saint-Michel 

Quand elles comprirent de quoi il en retournait, elles voulurent à tout prix y participer. Dans leurs tabliers de dentelles, elles chargèrent de fortes et belles roches rouges et s’envolèrent. Elles allaient atteindre l’orée de la forêt, quand elles apprirent la mauvaise nouvelle. « Trop tard, trop tard, le Mont et la Merveille sont terminés, il n’est plus besoin de vos pierres. » Dépitées, les trois dames laissèrent là choir leur charge sur le sol ; l’une tomba à plat, les 2 autres de champ. Le lieu s’appelait Trébran.

Il n’y a pas d’explication plus probante pour expliquer les 3 énormes pierres, seulement une variante qui parle d’une vieille portant une roche sous chaque bras, et la 3ème dans son tablier.

 

3 pierres identiques posées : par qui, comment, pourquoi ?

Il faut s’enfoncer un peu dans le chemin signalé sur la droite de la route de Paimpont à Gaël pour les trouver. À gauche dans le sous-bois, se dessinent trois blocs massifs, d’un brun rougeâtre. La plus grande des 3 pierres repose à plat sur le sol. Elle mesure 4,60 m de long, 2,60 m de large et 0,95 m d’épaisseur. La roche qui les constitue est un poudingue rouge à grains de quartz blanc. Et revoilà le mystère, car à Trébran le sous-sol se compose de schiste rouge. À l’évidence, les pierres ont été amenées jusqu’ici. Par qui, comment, pourquoi ? Autant de questions non résolues à ce jour, sinon par le conte. Les pieux esprits suivront l’abbé Guillotin, recteur de la paroisse de Concoret, et y verront une représentation de la sainte Trinité. Pour les cartographes du mystère, les pierres reposent à mi-chemin entre Carnac et le Mont-Saint-Michel. Elles se trouvent, signalent les historiens, le long d’une voie romaine, mais aussi à proximité de celle qu’empruntèrent, en 1944, les troupes du général américain Patton.

Texte rédigé par Claudine GLOT, Centre de l’imaginaire Arthurien (CIA)
office-du-tourisme-56430-trhorenteuc.jpg

CONTACT & INFOS

Office de Tourisme de Ploërmel Communauté – site de Tréhorenteuc
1, place Abbé Gillard – 56430 TREHORENTEUC
Tél. : 02 97 22 36 43
Mél : contact@broceliande-vacances.com

Les sites légendaires

Découvrez les autres hauts lieux de la forêt

Aux alentours

Découvrez les autres incontournables de Destination Brocéliande